Aller au contenu



Photo

Rencontre Avec Philippe Gouttard

aikido gouttard aikikai

  • Veuillez vous connecter pour répondre
28 réponses à ce sujet

#1 Eric Grousilliat

Eric Grousilliat

    Argument promotionnel

Posté 15 mai 2015 - 02:29

Bonjour à tous,

 

Un petit article sur une rencontre de tatami:

 

http://www.budoshugy...com/rencontres/



#2 Ri-Ai

Ri-Ai

    Shihan en Forum-Do

Posté 15 mai 2015 - 10:15

Il va falloir que je relise après un café fort parce que, sur le 1er conseil, je comprends l'inverse ("ne chute pas sans qu'on t'y oblige")  et sur le deuxième je ne vois pas où est la contradiction entre, en tant qu'aïte se protéger de tori et en tant que tori protéger aïte des dangers extérieurs (tels que collision avec un autre aïte qu'il ne peut pas voir).


Modifié par Ri-Ai, 15 mai 2015 - 10:15.

- Le chemin parcouru sert à  accéder au chemin qu'il reste à  parcourir. -
Mon profil ici

#3 zplax

Posté 15 mai 2015 - 10:20

Tu retournes au Hombu dojo Eric ? Je pensais que tu pratiquais dans un dojo Iwama ?



#4 Breeze

Breeze

Posté 15 mai 2015 - 14:44

Il va falloir que je relise après un café fort parce que, sur le 1er conseil, je comprends l'inverse ("ne chute pas sans qu'on t'y oblige")  et sur le deuxième je ne vois pas où est la contradiction entre, en tant qu'aïte se protéger de tori et en tant que tori protéger aïte des dangers extérieurs (tels que collision avec un autre aïte qu'il ne peut pas voir).


Oui, je pense aussi qu'il y a un contresens : "Ne chute jamais parce qu'on t'y oblige". :ahuri:

Alors, chute quand on ne t'y oblige pas ? :ahuri: :ahuri: :ahuri:

 

Pour le 2ème conseil, d'accord aussi avec toi, "tori doit veiller à l'intégrité de son uke".

Plus d'une fois, il m'est arrivé de modifier la technique pour projeter uke dans une autre direction, car la trajectoire initiale l'envoyait droit sur un pratiquant...

 


Modifié par Breeze, 15 mai 2015 - 14:57.


#5 Eric Grousilliat

Eric Grousilliat

    Argument promotionnel

Posté 15 mai 2015 - 14:53

Non aucun contresens, ni erreur...mais je comprend car c'est aussi ainsi que je l'ai compris sur le moment...c'est un peu difficile à transmettre par l'écrit.

 

Oui, cela fait un peu plus d'un an que je retourne à l'Aikikai de manière plus que régulière...je ne peux en général que pratiquer tôt le matin, jamais en soirée...et donc les lieux qui proposent ce type de créneaux sont peu nombreux



#6 mdazy

mdazy

    Ami des gens

Posté 15 mai 2015 - 15:17

Il va falloir que je relise après un café fort parce que, sur le 1er conseil, je comprends l'inverse ("ne chute pas sans qu'on t'y oblige")  et sur le deuxième je ne vois pas où est la contradiction entre, en tant qu'aïte se protéger de tori et en tant que tori protéger aïte des dangers extérieurs (tels que collision avec un autre aïte qu'il ne peut pas voir).


Oui, je pense aussi qu'il y a un contresens : "Ne chute jamais parce qu'on t'y oblige". :ahuri:
Alors, chute quand on ne t'y oblige pas ? :ahuri: :ahuri: :ahuri:

Je comprends ca comme "ne chute pas juste parce qu'on t'a dit qu'il fallait chuter/parce que tori force pour te faire chuter quand meme alors qu'il a rate sa technique".
"Sans déconner, elle est pas belle, la vie ?" (moi)

#7 HEF

HEF

    Appelez-moi Valérie!

Posté 15 mai 2015 - 15:39

Moi je comprends plus rien.



#8 Ri-Ai

Ri-Ai

    Shihan en Forum-Do

Posté 15 mai 2015 - 15:54

bon ben même à la deuxième lecture, ya pas, je ne pige pas (le premier conseil). Eric, tu peux être plus explicite ?

 

Pour le deuxième conseil, j'ai bien noté qu'Eric n'est pas totalement en phase avec. Et dans l'exemple donné, je continuerais comme lui à protéger la tête de mon uke de la chute d'un voisin.

Vrai aussi, en tant qu'uke je veille aussi à ma trajectoire de chute dans les limites de mon champ visuel, et sur un tatami bondé je subis les immobilisaitons en protégeant moi-même ma tête de ma main libre. Mais les deux précautions sont complémentaires.

Il m'est arrivé récemment en plein vol plané de me désaxer et de chuter comme une m..de (et douloureusement) pour éviter que mes talons ne percutent la tête d'un gars au sol, ce n'était pas à lui de se protéger contre moi !


- Le chemin parcouru sert à  accéder au chemin qu'il reste à  parcourir. -
Mon profil ici

#9 zplax

Posté 15 mai 2015 - 17:16

Mon interpretation sur le premier point : l'ukemi est dans la continuite de l'attaque, une maniere de se preserver du danger que peut representer la technique qu'on recoit, eventuellement pour enchainer. Par opposition a une "defaite", une chute qu'on subit car on ne peut pas faire autrement.

 

"Ne chute pas parcequ'on t'y oblige", mais envisage la chute comme un acte volontaire, choisi.

 

Ca fait du sens ?


Modifié par zplax, 15 mai 2015 - 17:17.


#10 personne

personne

    L'Exception

Posté 18 mai 2015 - 08:34

 

Il va falloir que je relise après un café fort parce que, sur le 1er conseil, je comprends l'inverse ("ne chute pas sans qu'on t'y oblige")  et sur le deuxième je ne vois pas où est la contradiction entre, en tant qu'aïte se protéger de tori et en tant que tori protéger aïte des dangers extérieurs (tels que collision avec un autre aïte qu'il ne peut pas voir).


Oui, je pense aussi qu'il y a un contresens : "Ne chute jamais parce qu'on t'y oblige". :ahuri:
Alors, chute quand on ne t'y oblige pas ? :ahuri: :ahuri: :ahuri:

 

 

Je ne pense pas qu'il y ait de contresens. Je le comprends ainsi : la chute ne doit pas être subie. A partir d'un certain niveau, il faut être en capacité de gérer sa chute de manière volontaire.



#11 Breeze

Breeze

Posté 18 mai 2015 - 23:07

Je ne vois pas trop la finalité ; qu'on gère sa chute de manière volontaire ou involontaire, l'important c'est de savoir gérer sa chute, non ?

 

En plus, je vois une certaine contradiction à supposément gérer volontairement sa chute à partir d'un certain niveau.

Perso, j'y verrai plutôt l'inverse : avant un certain niveau on gère volontairement sa chute. Une fois arrivé à un  certain niveau, il n'y a plus à se soucier de gérer sa chute volontairement ; ça se fait automatiquement, presque machinalement...



#12 Eric Grousilliat

Eric Grousilliat

    Argument promotionnel

Posté 19 mai 2015 - 02:29

Mille excuses pour le délai de réponse.

 

Pour tenter de rendre plus clair (c'est pas gagner) derrière la phrase "Ne chute pas parce qu'on t'y oblige"...le contexte technique a son importance. Je ne voulais pas décrire de technique car cela n'est pas adapté à l'expression écrite mais...nous travaillons Morote dori kokyu nage...le Kokyu nage où on lève le bras saisi en pivotant sur le côté de Aite, puis on projette en abaissant ce même bras (c'est clair pour tout le monde? sinon on ne va pas s'en sortir :heureux: )

 

De là mon envie était véritablement d'obliger uke à chuter, en mettant pas mal de vitalité dans le mouvement et en essayant d'étendre l'action au maximum (bref, c'est cela l'obligation évoqué)...au contraire, Philippe Gouttard éffectuait un mouvement beaucoup plus court, m'entrainant à la chute de manière plus naturel, moins contrainte.

 

Voili, voilou...



#13 personne

personne

    L'Exception

Posté 19 mai 2015 - 08:35

Je ne vois pas trop la finalité ; qu'on gère sa chute de manière volontaire ou involontaire, l'important c'est de savoir gérer sa chute, non ?

 

En plus, je vois une certaine contradiction à supposément gérer volontairement sa chute à partir d'un certain niveau.

Perso, j'y verrai plutôt l'inverse : avant un certain niveau on gère volontairement sa chute. Une fois arrivé à un  certain niveau, il n'y a plus à se soucier de gérer sa chute volontairement ; ça se fait automatiquement, presque machinalement...

Les débutants n'y arrivent pas en général :heureux:

Personnellement, je pense avoir vraiment démarré le travail sur cet axe après le 2ème dan, mais je conçois que certains soient plus doués et plus rapides que moi :tresheureux:

 

Avec l'âge et le temps, j'en finis par me convertir à l'idée qu'en aikido, la chute est un acte volontaire. En ce sens, je partage l'opinion exprimée par P. Gouttard, ou tout du moins ce que j'en comprends.



#14 HEF

HEF

    Appelez-moi Valérie!

Posté 19 mai 2015 - 08:43

Marrant, jusqu'à il n'y a pas si longtemps l'idée de la chute volontaire m'agaçait prodigieusement en aikido. Aujourd'hui j'y souscris sans problème. On évolue...



#15 personne

personne

    L'Exception

Posté 19 mai 2015 - 08:47

Marrant, jusqu'à il n'y a pas si longtemps l'idée de la chute volontaire m'agaçait prodigieusement en aikido. Aujourd'hui j'y souscris sans problème. On évolue...

Oui, c'est ça qui est bien :)



#16 Ralph

Ralph

Posté 19 mai 2015 - 09:23

L'Aïte propose une attaque franche, dans laquelle il s'engage, il suit ensuite le travail de son partenaire, il enfile la technique, sans complaisance, sans blocage, en n'étant surtout pas en retard pour ne pas se mettre en danger. Pas simple.

 

 

L'Aïkido, c'est sur le fil de sabre.



#17 Gombro

Gombro

Posté 19 mai 2015 - 12:44

Quand on replace les chutes dans un contexte plus large, cela simplifie les choses.

Je trouve qu'elles se comprennent mieux quand on postule qu'aïte fait tout autant de l'aïkido que tori.

Cela mène directement aux kaeshi waza. J'ai eu une sorte d'eureka je jour où j'ai compris qu'aïte se comportait exactement de la même manière pour exécuter une contre-technique ou préparer/se préparer à une chute.

Seul les consignes de travail changent (ou le différentiel de niveau des partenaires si le contexte de travail est plus lâche).

Dans les deux cas, aïte contrôle ou essaye de contenir la technique de tori. Qui de son côté tente d'affaiblir aïte.

L'ukemi, dans le cas où l'on parvient à garder le contrôle de la situation, c'est simplement pour permettre à tori de pousser sa technique le plus possible. Sinon c'est pour se préserver. 

Mais un niveau avancé serait d'être toujours à la limite entre possibilité de kaeshi waza et ukemi.

Entre deux pratiquants expérimentés, peut s'ensuivre une sorte de jeu où chacun s'efforce d'empêcher ou de diminuer la prise de contrôle de l'autre. Travail fin, enthousiasmant mais très difficile  :heureux: .

Vite brouillon si on l'aborde prématurément.

 

Sinon je ne vois pas le problème d'obliger à chuter, à partir du moment où il ne s'agit pas de forcer (au sens bourrin), ni fixer son mental sur la chute comme un objectif.

Le job de tori c'est de diminuer les choix d'aïte ; aïte de son côté doit tenter de préserver sa capacité d'action. L'ukemi est une des solutions de cet échange.



#18 Infundibuliforme

Infundibuliforme

Posté 19 mai 2015 - 16:25

J'ai eu une sorte d'eureka je jour où j'ai compris qu'aïte se comportait exactement de la même manière pour exécuter une contre-technique ou préparer/se préparer à une chute.

On est deux ! :D

(...) un niveau avancé serait d'être toujours à la limite entre possibilité de kaeshi waza et ukemi.
Entre deux pratiquants expérimentés, peut s'ensuivre une sorte de jeu où chacun s'efforce d'empêcher ou de diminuer la prise de contrôle de l'autre.

Il y a là une sorte de cercle vertueux, puisqu'on a alors plus l'impression de ne faire de l'aïkido que 50% du temps (lorsque l'on est tori.) En abordant le rôle d'aïte en s'efforçant de garder le contrôle, on a un peu l'impression de solutionner la quadrature du cercle de l'aïkido : je laisse travailler mon partenaire en acceptant la technique (pas de blocage) mais je garde le contrôle et ne l'autorise pas à faire n'importe quoi, auquel cas je suis en capacité de faire un kaeshi waza (ni complaisant, ni dressé à chuter).

C'est un axe de travail absolument passionnant.
Mais évidemment, :

Travail fin, enthousiasmant mais très difficile  :heureux: .
Vite brouillon si on l'aborde prématurément.


Modifié par Infundibuliforme, 19 mai 2015 - 16:27.


#19 Tab !

Tab !

Posté 19 mai 2015 - 22:44

“Aikido c’est irimi et ukemi”, phrase mythique d’O Sensei entendu par un eleve un peu dur d’oreille…

:clown: 

(n'empeche, imaginez que cela soit vrai... :sarcastique: )



#20 Guizmo

Guizmo
  • VilleCachan (IDF)

Posté 20 mai 2015 - 07:57

“Aikido c’est irimi et ukemi”, phrase mythique d’O Sensei entendu par un eleve un peu dur d’oreille…

:clown: 

(n'empeche, imaginez que cela soit vrai... :sarcastique: )

:respect:


L'important n'est pas le nombre de fois où l'on chute, mais le nombre de fois que l'on se relève !

Sans ordre rien ne peut exister, sans chaos rien ne peut évoluer.


#21 HEF

HEF

    Appelez-moi Valérie!

Posté 20 mai 2015 - 07:59

N'importe quoi il a dit "Ha l'aikido! Il reste du surimi et du salami?".



#22 Tab !

Tab !

Posté 20 mai 2015 - 11:01

Au temps pour moi !
Ca balance, cote révélation, ce forum !!!

:sarcastique: :sarcastique:



#23 ged

ged

    Shihan de Lutin-do de niveau 2, topinambourovore repenti

Posté 26 mai 2015 - 14:47

N'importe quoi il a dit "Ha l'aikido! Il reste du surimi et du salami?".

 

Désolé de te contredire, mais cette phrase a été mal traduite : "Si tu me redonnes du surimi, tu recevras des atemis" Il  n'aimait guère le surimi (qui d'ailleurs n'avait pas encore été inventé, c'est dire comme OS était précurseur).



#24 personne

personne

    L'Exception

Posté 26 mai 2015 - 15:48

Manque de rigueur historique, les gars :sceptique:

 

 

En 1985, les premiers bâtonnets de surimi font leur apparition en Europe. Des industriels agro-alimentaires français croyant au potentiel du surimi, développent des sites de production en France. L'appellation d'origine Kani-Kamaboko devient « bâtonnets de surimi saveur crabe », puis plus simplement "surimi"



#25 tenshi

tenshi

Posté 26 mai 2015 - 16:45

Plutôt celui-ci

http://fr.wikipedia.org/wiki/Surimi

 

"La recette du surimi fut créée au Japon par les femmes de pêcheurs et leurs enfants, pendant le xviie siècle. Il portait alors le nom de kamaboko (littéralement chair de poisson)."

source wikipedia







Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : aikido, gouttard, aikikai

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)